Le soignant est-il un être humain ?

Anne Perraut Soliveres
Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure

L’être humain est par essence faillible, imprévisible, inconstant et il faudrait être particulièrement naïf pour oser nier cette évidence. Il jouit d’ailleurs, selon l’expression populaire, du « droit à l’erreur » puisque l’on admet généralement que « l’erreur est humaine ».

Or le soignant lui, n’a pas droit à l’erreur, condamné par sa fonction à l’irréprochabilité, du fait des possibles conséquences dramatiques de certains de ses actes. Doit-on en déduire qu’il doit se situer au-dessus de l’humaine condition ? À moins qu’il s’en remette à la divine bienveillance ou à la méthode Coué ? À l’ère du tout sécuritaire quels dispositifs nos institutions ont-elles mis en œuvre pour sécuriser l’exercice soignant et limiter les risques ? Aucun ! Par contre, jamais elles n’ont autant exigé d’eux ni aussi peu accordé d’indulgence à la moindre défaillance.

Loin de moi l’idée de justifier l’injustifiable. L’incompétence ou la négligence ne sont pas davantage acceptables que dans d’autres domaines, ni moins… Pour autant, comment tenir compte de la fatigue, de la baisse de vigilance, du jour « sans » et autres impasses de l’humaine condition ? Ce qui m’interroge, c’est l’absence de plus en plus inquiétante de garde-fou, de réflexion sur les conditions de la pratique, la multiplication des situations de soin dangereuses alors que se met en place une foultitude de contrôles, de traçabilité des actes, destinée à identifier le fauteur. De prévention, là encore, il n’est pas question, ni dans la considération des conditions objectives et subjectives de travail, ni dans l’évaluation des risques inhérents à certains gestes ou situations complexes.

Au fil des années, j’ai vu grandir le sentiment d’insécurité des soignants, l’angoisse de la faute, l’intolérance de l’encadrement à la moindre peccadille. En parallèle, j’ai vu se multiplier les erreurs dont certaines se révèlent stupéfiantes. Y aurait-il une relation de cause à effet ?


mardi 8 octobre 2019, par Anne Perraut Soliveres

Lire aussi

Jeanine a la plage

2 septembre 2019
par Isabelle Canil
Isabelle Canil Orthophoniste Jeanine vient de déplier sa serviette et de s’asseoir dessus. Avant de se mettre au boulot, elle s’octroie un petit moment délicieux, elle enfouit ses orteils dans le …

Jeanine veut faire assassin

20 avril 2019
par Isabelle Canil
Isabelle Canil Orthophoniste Jeanine fait un petit trait pour le môme assis en face d’elle, avec qui elle fait une série. Jeanine est maussade. Elle fait la gueule et voudrait changer de boulot. …

Contribution au grand débat

20 mars 2019
par Eric Bogaert
Éric Bogaert Psychiatre de secteur retraité Après de grands débats internes (débat truqué parce que procédant de questionnairesconstruits pour baliser le cheminement, participants piégés donc, entre …

Comment nommer les maladies ? Comment parler des maladies ?

11 octobre 2018
par Jean-Pierre Lellouche
Jean-Pierre Lellouche Pédiatre Jusque dans les années 60, la médecine était pratiquée sur un mode paternaliste. Les médecins étaient paternalistes et se sentaient bien de l’être. Ils avaient par …