Le Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale 2008

Le Projet de loi de Financement de la Sécurité Sociale 2008 :
-  Nouvelles restrictions pour l’accès aux soins.
-  Ouverture sur des « maisons de santé ».

La version finale du Projet adoptée par l’Assemblée Nationale et par le Sénat comprend de nombreux articles restreignant l’accès aux soins :

-  Nouvelles franchises sur les soins (médicaments, actes paramédicaux, transports). Leur mise en place va de pair avec un Objectif National de Dépenses d’Assurance Maladie (ONDAM) volontairement bas pour les soins de ville. Le dépassement de cet objectif pénalisera les assurés par une augmentation du montant des franchises.

-  Vote d’un ONDAM bas pour les établissements hospitaliers, avec obligation de mise en place de la tarification à l’activité (T2A) dont on connaît les effets pervers : sélection des activités et des malades.

-  CMU complémentaire : Les députés ont voté la suppression de l’exonération du ticket modérateur pour les bénéficiaires de la CMU complémentaire n’ayant pas déclaré de « médecin traitant ». Les sénateurs sont revenus au texte de 2006 qui prévoyait un décret fixant les modalités de recouvrement pour ces patients des pénalités liées aux « hors parcours de soins ». Il faut s’opposer à toute mesure de baisse de prise en charge pour ces patients dont une partie vit dans une précarité qui rend difficile le choix d’un médecin traitant.

-  Contrôles par les médecins conseils des bénéficiaires de l’Aide médicale d’Etat (AME), alors que leurs feuilles sont déjà contrôlées par la Caisse Nationale d’Assurance Maladie et qu’il sera difficile et risqué pour eux de se rendre à des convocations.

-  Restriction pour les affections de longue durée (ALD) hors liste : seul un critère de coût était à justifier jusqu’ici, un critère de gravité plus sujet à interprétation s’y rajoute.

-  Indemnités Journalières (IJ) : leur versement va pouvoir être supprimé sur le seul avis des « médecins patronaux » dans les Caisses Primaires d’Assurance maladie ayant un taux d’IJ supérieur aux autres. Cet article méconnaît le rôle des conditions de vie et de travail dans les déclenchements de pathologies et donne le pouvoir de contrôle aux médecins payés par le patron au détriment du contrôle par les caisses.

-  L’article qui limitait les installations de jeunes médecins a été supprimé, mais la question de la couverture démographique du territoire reste entière.

-  Le Sénat a voté un amendement supprimant l’obligation pour les médecins de secteur 2 de d’exécuter une partie de leurs actes sans dépassement d’honoraires, mais maintenu le principe des devis écrits avant les actes coûteux.

A côté de ces restrictions pour l’accès aux soins, une ouverture à saisir : l’article 31, complété par un amendement du Sénat parlant de « maisons de santé », permet aux médecins d’expérimenter d’autres modes de rémunérations que le paiement à l’acte. Mais que seront ces « maisons de santé » ? Comment pourront-elles « participer à des actions de santé publique ainsi qu´à des actions de prévention et d´éducation pour la santé et à des actions sociales », comme le disent les sénateurs, si l’accès aux soins n’est pas assuré ?

vendredi 14 décembre 2007

Lire aussi

Chiche !

16 mars 2020
par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre infirmier énervé Ou le président de la République aurait-il lu Pratiques ? Je n’aurais jamais osé imaginer entendre ce qu’a dit le président de la République le 12 mars …

J’ai décidé de démissionner, car ce que je fais n’est plus éthique.

23 janvier 2020
Pr Agnès Hartemann, Cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié. « Le cauchemar a commencé quand on a commencé à nous dire : « Il va falloir que vous produisiez du séjour », alors qu’on …