« Laissez les femmes avorter en paix » disait notre amie Annie Bureau

Annie Bureau, qui était gynécologue et militante pour l’avortement depuis le MLAC(1), nous a quitté(e)s le 17 octobre.

L’ANCIC(2), dont elle avait été présidente pendant dix ans lui consacre un numéro de sa publication trimestrielle : « l’écho de l’ANCIC »

Ses souhaits pour les femmes étaient :
1- Laisser les femmes avorter en paix.
2- Cesser de nous rebattre les oreilles avec la contraception dès qu’il est question d’avortement
3- Comprendre que le foetus dépend du projet parental et non de ceux des Etats ou des Eglises.
4- Contribuer, en tant que praticiens de l’avortement, à alléger le contrôle social exercé sur ce projet parental.
5- Comprendre qu’aucune femme n’aime avorter, qu’avorter c’est choisir le foetus qui doit vivre.
6- Savoir que l’avortement est l’un des éléments moteurs de l’affirmation de la vie.

Annie Bureau était une militante infatigable des droits des femmes à disposer de leur corps, et elle a mené ce combat toute sa vie. Ceux qui l’ont connue s’associent à l’hommage de l’ANCIC.

1) Mouvement de Libération de l’Avortement et de la Contraception

2) Association Nationale des Centres d’Interruption de grossesse et de Contraception http://www.ancic.asso.fr

jeudi 6 novembre 2014, par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques


Voir en ligne : http://www.avortementancic.net/IMG/...

Documents joints

Lire aussi

35e Congrès annuel de l’USP

23 juillet 2020
LA PSYCHIATRIE D’APRES 35e Congrès annuel de l’USP à Paris les 11, 12 et 13 septembre 2020 Nous sortons tout juste de la crise sanitaire de la Covid, sans savoir de quoi sera fait l’avenir sur le plan …

Maux des femmes

16 novembre 2011
rencontre organisée par la FASTI

Manifestation le 6 novembre 2010 : AVORTER EST UN DROIT

10 octobre 2010
L’avortement est un droit fondamental des femmes gagné de haute lutte ! Mobilisons-nous toutes et tous pour le défendre !

Violences, femmes et psychiatrie

29 juin 2010
Les femmes victimes de violences risquent d’être considérées comme des malades psychiatriques.