« Laissez les femmes avorter en paix » disait notre amie Annie Bureau

Annie Bureau, qui était gynécologue et militante pour l’avortement depuis le MLAC(1), nous a quitté(e)s le 17 octobre.

L’ANCIC(2), dont elle avait été présidente pendant dix ans lui consacre un numéro de sa publication trimestrielle : « l’écho de l’ANCIC »

Ses souhaits pour les femmes étaient :
1- Laisser les femmes avorter en paix.
2- Cesser de nous rebattre les oreilles avec la contraception dès qu’il est question d’avortement
3- Comprendre que le foetus dépend du projet parental et non de ceux des Etats ou des Eglises.
4- Contribuer, en tant que praticiens de l’avortement, à alléger le contrôle social exercé sur ce projet parental.
5- Comprendre qu’aucune femme n’aime avorter, qu’avorter c’est choisir le foetus qui doit vivre.
6- Savoir que l’avortement est l’un des éléments moteurs de l’affirmation de la vie.

Annie Bureau était une militante infatigable des droits des femmes à disposer de leur corps, et elle a mené ce combat toute sa vie. Ceux qui l’ont connue s’associent à l’hommage de l’ANCIC.

1) Mouvement de Libération de l’Avortement et de la Contraception

2) Association Nationale des Centres d’Interruption de grossesse et de Contraception http://www.ancic.asso.fr

jeudi 6 novembre 2014, par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques


Voir en ligne : http://www.avortementancic.net/IMG/...

Documents joints

Lire aussi

Hommage à Roger Gentis

21 février 2020
par Eric Bogaert
Éric Bogaert Psychiatre de secteur psychiatrique retraité Roger Gentis est mort le 1er août 2019. J’avais entendu son nom dans les années 1970, pendant mes études de médecine puis de psychiatrie, …

Maux des femmes

16 novembre 2011
rencontre organisée par la FASTI

Manifestation le 6 novembre 2010 : AVORTER EST UN DROIT

10 octobre 2010
L’avortement est un droit fondamental des femmes gagné de haute lutte ! Mobilisons-nous toutes et tous pour le défendre !

Violences, femmes et psychiatrie

29 juin 2010
Les femmes victimes de violences risquent d’être considérées comme des malades psychiatriques.