La science médicale et l’oubli du patient

Avec le statut accordé à l’anatomie pathologique, la médecine anatomo-clinique remet sur pied ce qui marchait la tête en bas. Comme cela est bien joué ! En articulant le regard clinique avec une connaissance scientifique du vivant, le corps se prête, dès lors, à une nouvelle lecture, d’une redoutable efficacité. Mais, la médecine anatomo-clinique a, dans le même temps, favorisé le déplacement du lieu de compréhension de la maladie, de la clinique vers le laboratoire. Avec ce déplacement, la médecine emprunte progressivement aux sciences du vivant sa conception de l’état pathologique, sans tenir compte de la singularité du patient.
La mise entre parenthèses du patient devient inexorable.
Défendre un retour à la médecine clinique sera en conséquence la meilleure réponse qui soit.

mardi 10 mai 2016, par Pascal Caboret

Documents joints

Lire aussi

La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits !

5 avril 2018
23e université d’automne de la ligue des droits de l’Homme : « La santé dans tous ses états : penser et agir pour les droits ! » La « santé » est en tête de liste des préoccupations dans les différentes …

Il faut garantir l’independance du corps médical et des autorités de santé en France

21 mars 2013
par les cahiers de la médecine utopique pratiques
Dans une interview conjointe réalisée par News Press pour le site de l’AFP, la revue Pratiques et le Syndicat de la médecine générale apportent leur pierre à un débat citoyen sur la politique de santé …

2012 : le début de la fin des conflits d’intérêt ?

3 janvier 2012
par Jean-Pierre Lellouche
Je fais le vœu que 2012 soit le début de la fin des conflits d’ intérêts J’ai lu dans le British medical journal (BMJ 1 october 2011 page 671)un excellent article de Iona Heath « The politics …

Grippe A : La colère !

14 décembre 2009
C’était il y à tout juste 30 ans, j’étais un jeune externe de 4e année dans le service du Professeur Molimard, à l’hôpital de Nanterre. C’était il y a 30 ans et je m’en souviens comme hier : je découvrais …