La science médicale et l’oubli du patient

Avec le statut accordé à l’anatomie pathologique, la médecine anatomo-clinique remet sur pied ce qui marchait la tête en bas. Comme cela est bien joué ! En articulant le regard clinique avec une connaissance scientifique du vivant, le corps se prête, dès lors, à une nouvelle lecture, d’une redoutable efficacité. Mais, la médecine anatomo-clinique a, dans le même temps, favorisé le déplacement du lieu de compréhension de la maladie, de la clinique vers le laboratoire. Avec ce déplacement, la médecine emprunte progressivement aux sciences du vivant sa conception de l’état pathologique, sans tenir compte de la singularité du patient.
La mise entre parenthèses du patient devient inexorable.
Défendre un retour à la médecine clinique sera en conséquence la meilleure réponse qui soit.

mardi 10 mai 2016, par Pascal Caboret

Documents joints

Lire aussi

Journal d’épidémie

14 août 2020
par Benoit Marsault
Benoît Marsault, Psychiatre Heureusement que de journal, il n’y en a pas que de « télévisé »… Lundi 16 mars 2020 Hier s’est tenu le second tour des élections municipales. Il a fait très beau, « les …

Appel de la Communauté Médicale du CHS de la Savoie

13 mai 2017
Les membres de la Communauté Médicale du CHS de la Savoie tiennent à alerter les tutelles et l’ensemble de leurs partenaires sur la situation de la Psychiatrie Publique et à exprimer fermement leur …

Pratique médicale et accès aux soins

21 avril 2013
par Marie Kayser
Médecins généralistes, nous sommes confrontés quotidiennement aux difficultés qu’ont de plus en plus de nos patients à accéder aux soins : examens complémentaires, spécialistes, appareillage… et, bien …

Accompagner son patient victime d’accident du travail

26 juillet 2011
par Yveline Frilay
Une contribution d’Yveline Frilay, qui fait part de son expérience.