La Maison des Femmes de Paris en danger

ses actions compromises par d’importantes difficultés financières

Appel très urgent : La Maison des Femmes de Paris se trouve dans une situation extrêmement critique sur le plan de sa trésorerie, depuis Mai 2010.

Les difficultés actuelles risquent de s’aggraver dans les trois mois à venir, ce qui bien évidemment remettrait en cause les actions que nous avons démarrées début 2010, en faveur des femmes dans la grande précarité et/ou victimes des violences masculines.

Le Conseil d’Administration de l’association, a en premier lieu adressé une lettre aux financeurs afin d’accélérer le versement de nos subventions prévues.

Cet appel est resté sans réponse, malgré des dossiers déposés depuis près de 6 mois, et toujours non traités à ce jour !

Nous avions une convention triennale avec la Mairie de Paris jusqu’à fin 2009, ce qui avait pour avantage le versement d’une avance chaque début d’année civile. Celle-ci doit être renouvelée et l’avantage précité est semble-t-il remis en cause pour 2010.

Nous faisons un appel urgent aux adhérentes, ainsi qu’aux sympathisants/tes féministes, car la Maison des Femmes de Paris existe par vous et pour vous, pour

-  1°) faire des dons à l’association, ce qui permettra de faire face aux dépenses indispensables pour un fonctionnement minimum de mai à juillet 2010.

-  2°) d’autoriser des prélèvements trimestriels automatiques ou de faire des virements (à partir de 30 € et plus) au nom de la Maison des Femmes de Paris, ce qui, outre l’aide financière, nous apportera un soutien quant à notre gestion.

Si dans votre entourage, vous connaissez des personnes susceptibles de nous aider, faites circuler cet appel.

lundi 21 juin 2010


P/o le Conseil d’Administration

Bureau Collégial

Maison des Femmes de Paris

163 rue de Charenton

75012 Paris

Tel/fax :01 43 43 41 13

Lire aussi

Médée du fond des mères

1er décembre 2018
[…] Médée est un bloc de mémoire qui dit la douleur d’une femme. Abandonnée, bannie, trahie. Toute une mémoire qui dit ses mains ensanglantées. Médée a tué. Par amour elle a tué …