Halte à la destruction des associations de proximité !

Docteur Didier Ménard
Président de l’ACSBE

Le mal se répand au Franc-Moisin
À la suite de l’arrêt du renouvellement des emplois aidés, l’Association des Femmes du Franc-Moisin (AFFM) est contrainte d’arrêter son activité.
C’est un choc !
Cette association existe depuis 37 ans et offrait aux habitantes la possibilité d’apprendre le français, d’avoir des activités artistiques… bref de faire du lien social, de la solidarité, de la lutte contre l’isolement.
En tant que médecin généraliste, j’ai souvent « prescrit » l ’AFFM pour aider des femmes à faire face à la souffrance sociale. La Place Santé notre centre de santé communautaire travaillait en proximité avec l’AFFM, la disparition de cette association pénalise les actions de santé publiques que nous menons ensemble sur la cité.
Où allons-nous ?
Qu’elle sera la prochaine association contrainte à la fermeture ?

Nous savons que notre projet de santé dans ce quartier populaire ne peut vivre qu’en s’appuyant sur le tissu associatif, sur l’implication des habitants et l’engagement des professionnels. Notre projet collectif avec les autres associations vacille, la fermeture de l’AFFM, c’est la perte de sens de la pratique de santé en quartier populaire.

Nous avons encore un petit espoir que des négociations s’ouvrent pour stopper le péril. En décidant de lancer cette pétition nous voulons partager cet espoir et lui donner plus de visibilité et de force.

S’il vous plaît, diffusez cet appel dans vos réseaux.

Le texte est en ligne, il peut être signé ici.


vendredi 24 novembre 2017, par Didier Ménard

Lire aussi

Journal d’épidémie

14 août 2020
par Benoit Marsault
Benoît Marsault, Psychiatre Heureusement que de journal, il n’y en a pas que de « télévisé »… Lundi 16 mars 2020 Hier s’est tenu le second tour des élections municipales. Il a fait très beau, « les …

Une victoire pour les amianté.e.s du Tripode à Nantes

10 juillet 2020
par Marie Kayser
Marie Kayser Une indemnisation pour préjudice d’anxiété vient d’être reconnue le 30 juin 2020 par la Cour Administrative d’Appel de Nantes pour 10 agents ayant travaillé dans l’immeuble le Tripode. Cet …

J’ai décidé de démissionner, car ce que je fais n’est plus éthique.

23 janvier 2020
Pr Agnès Hartemann, Cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié. « Le cauchemar a commencé quand on a commencé à nous dire : « Il va falloir que vous produisiez du séjour », alors qu’on …

Orthophonie en danger

25 mars 2019
Manifeste des Ateliers Claude Chassagny (ACC)/Fédération des Orthophonistes de France (FOF) : orthophonie en danger Résistance au laminage de notre métier, réaffirmation de l’indépendance et de la …