Demain est aujourd’hui

1983 : une cinquantaine de dossiers sont soumis par des adhérents du SMG au Ministère de la santé pour transformer en unités sanitaires de base des cabinets médicaux existants, volontaires, motivés, ayant déjà une pratique de prévention associée à l’activité de soins, adossés à une association d’usagers. Bref, l’ancêtre des Maisons Médicales pluridisciplinaires d’aujourd’hui. Le projet se heurte aux freins d’un certain nombre de confrères libéraux et à la frilosité des politiques. Seule l’USB de Saint-Nazaire voit le jour. L’expérience marche. Pourtant, le gouvernement y met fin en 1986, sans que personne n’ait eu accès au dossier (très probablement élogieux) d’évaluation par l’assurance maladie. Voilà ce que raconte Daniel Coutant, un protagoniste de cette aventure.

L’article de Daniel Coutant est publié dans le numéro 43, Récrire la médecine, un pari toujours actuel, octobre 2008.

samedi 20 septembre 2014, par Daniel Coutant

Lire aussi

Grève des médecins généralistes : le SMG n’appelle pas à la grève

29 décembre 2022
Le Syndicat de médecine générale ne s’associe pas à l’appel à la grève lancé pour les 1er et 2 décembre par un groupe de médecins libéraux·ales et repris par d’autres syndicats. La défense d’un soin de …