Demain est aujourd’hui

1983 : une cinquantaine de dossiers sont soumis par des adhérents du SMG au Ministère de la santé pour transformer en unités sanitaires de base des cabinets médicaux existants, volontaires, motivés, ayant déjà une pratique de prévention associée à l’activité de soins, adossés à une association d’usagers. Bref, l’ancêtre des Maisons Médicales pluridisciplinaires d’aujourd’hui. Le projet se heurte aux freins d’un certain nombre de confrères libéraux et à la frilosité des politiques. Seule l’USB de Saint-Nazaire voit le jour. L’expérience marche. Pourtant, le gouvernement y met fin en 1986, sans que personne n’ait eu accès au dossier (très probablement élogieux) d’évaluation par l’assurance maladie. Voilà ce que raconte Daniel Coutant, un protagoniste de cette aventure.

L’article de Daniel Coutant est publié dans le numéro 43, Récrire la médecine, un pari toujours actuel, octobre 2008.

samedi 20 septembre 2014, par Daniel Coutant

Lire aussi

Un journaliste qui filme un contrôle violemment agressé par des agents de la RATP

29 novembre 2017
par Christiane Vollaire
Raphaël Godechot, journaliste indépendant, jeté à terre, a subi le 17 novembre dernier des violences policières pour avoir voulu porter secours à un migrant sans papiers lors d’un contrôle dans le …

La Sociale : Petit message de Gilles Perret le réalisateur

7 février 2017
Bonjour les amis Une très bonne nouvelle pour les combattants des salles obscures que vous êtes ! Une nouvelle que je voulais partager avec vous en priorité : Marion, notre programmatrice, et …

Alerte : la nuit, c’est le privé qui opère

13 septembre 2010
L’Agence Régionale de Santé d’Ile de France projette de diminuer les services de chirurgie de permanence de nuit. Le service public diminue son offre de soins, au bénéfice des établissements …

Euthanasie : Anne Perraut Soliveres, Cadre infirmière et praticien-chercheur en sciences de l’éducation : Non, la loi n’est pas toujours synonyme de dérive !

31 décembre 2008
Anne Perraut Soliveres répond ici à Jacques Richaud : certes une loi n’est jamais parfaite, mais il faut dépénaliser certaines situations exceptionnelles. Et, contrairement à ce qui est craint par …