A voir : Le Dernier Jour d’un(e) condamné(e) de Victor Hugo, théâtre de l’Essaïon à Paris

Un homme est condamné à mort. Il se met à écrire, depuis sa cellule, ses pensées angoissées, ses vains espoirs, ses souvenirs heureux à jamais disparus, son désespoir face à la guillotine. Chaque minute est une plongée dans la torture à venir.
Contre la peine de mort, Victor Hugo dénonce l’horreur d’un crime inhumain. C’est le premier de tous ses combats, le plus long, le plus constant, le plus fervent. Témoin très jeune d’exécutions, il va tenter d’infléchir l’opinion en décrivant l’horreur de l’exécution, sa barbarie, en démontrant l’injustice (les vrais coupables sont la misère et l’ignorance) et l’inefficacité du châtiment.

Utilisant sa notoriété d’écrivain et son statut d’homme politique, il met son éloquence au service de cette cause. Ecrivant ce texte à la première personne, Hugo interpelle le lecteur.

Le texte ne révèle ni l’identité du personnage, ni l’acte qu’il a commis, pour qu’on ne puisse pas en faire un cas particulier, dire « Celui-là ne méritait pas de mourir mais d’autres peut-être... » Cet homme devait représenter tous les accusés possibles, C’est le procès d’un acte qu’il qualifiait de « barbare ».

L’originalité de cette adaptation est sa déclinaison au féminin : en tant que femme, cette condamnée du XIXe siècle est doublement victime d’une société implacable qui a créé des lois faites pour la broyer et pour l’étouffer. Dès sa naissance, la femme du XIXe siècle est condamnée à une mort psychique puisqu’elle n’aura pas le droit de penser, pas le droit d’agir comme elle le veut, pas le droit d’être. Aujourd’hui encore, certains pays du monde font de la femme une victime sociale, une condamnée dès la naissance.

Mais on peut aussi regarder ce combat face à la condamnation de la maladie, avec tout au long, l’espoir de la grâce, l’espoir de ne pas succomber.

Le Dernier Jour d’un(e) condamné(e) de Victor Hugo
Mise en scène Pascal Faber & Christophe Borie – Interprétation Lucilla Sebastiani
Théâtre de l’Essaïon, 6 rue Pierre au lard, Paris 4e
Tous les lundi et mardi d’avril et mai 2016 à 21 h 30 – Durée 1 h 15
www.embellieturquoise.fr

mardi 31 mai 2016

Lire aussi

Rencontre de Saint-Alban 2021

19 avril 2021
« Être là, la moindre des choses » Après des journées 2020 qui se sont dérobées à nous, c’est la question « être là » que nous avons voulu maintenir au premier plan cette année, et ce avec d’autant plus de …

Pour Alain

19 avril 2021
À la revue Pratiques, nous avons appris avec une grande tristesse la mort d’Alain Chabert. Alain a été pour nous un compagnon de route à travers son engagement au sein de l’Union syndicale de la …

Appel a une mobilisation des praticiens du soin psychique

18 avril 2021
La pandémie vient de nous rappeler ce que constatent tous les jours dans la prise en charge des souffrances psychiques et sociales les professionnels du soin. L’équilibre et le développement du sujet …

Les usagers et les soignants ont plus de créativité que les « personnalités » !

10 janvier 2021
Communiqué de l’USP du 23 décembre 2020 Début décembre, nous apprenions que « cinq personnalités de la psychiatrie » demandaient « une mission interministérielle en vue d’une loi de santé mentale ». Nous ne …