« Un mot, des morts » Campagne pour défendre le droit au séjour

des étrangers gravement malades vivant en France

Nous lançons la campagne « Un mot, des morts » [2] pour sauver le droit au séjour pour soins des étrangers gravement malades résidant en France. Ce droit est menacé par le projet de loi sur l’immigration qui sera examiné en deuxième lecture à l’Assemblée Nationale à partir du 8 mars prochain.

Depuis 1998, un étranger gravement malade résidant en France est protégé contre toute mesure d’expulsion et peut obtenir une carte de séjour s’il ne bénéficie pas d’un « accès effectif » au traitement dans son pays d’origine. Ce dispositif actuel concerne 28 000 personnes (chiffre stable depuis 2006), soit 0,8 % des étrangers vivant en France [1].

Aujourd’hui, une partie des députés, soutenue par le gouvernement, veut remplacer cette notion d’« accès effectif » au traitement par celle de « disponibilité ». Ils prétendent qu’il s’agit d’une simple précision alors que cela remettrait fondamentalement en cause ce droit.

En effet, ce n’est pas parce qu’un traitement est « disponible » dans un pays qu’il y est « accessible ». Ruptures de stocks, inexistence de couverture maladie, insuffisance de l’offre quantitative et qualitative de soins, prix prohibitifs des traitements ou encore manque de personnel soignant peuvent entraver l’accès effectif aux soins.

Alors que le Sénat a rejeté l’amendement en première lecture, le gouvernement s’obstine.

S’il est retenu, ce texte forcera les étrangers à rester dans l’irrégularité, mettant leur santé en péril, avec un risque de recrudescence des maladies infectieuses telles que le VIH, les hépatites ou la tuberculose. Ces personnes vivront dans l’angoisse d’une expulsion, synonyme de condamnation à mort dans leur pays où elles ne pourront se soigner.

Par ce seul mot inséré dans la loi, « indisponibilité », la vie de milliers de personnes sera mise en danger.

C’est pour cette raison que, nous, associations de malades, de migrants, de médecins, de défense des droits des étrangers, de lutte contre le sida, nous unissons autour de la campagne « Un mot, des morts » [2]. Nous nous opposons à cette restriction et demandons le maintien de la loi dans ses termes actuels [3].

Signataires : ACT UP-PARIS, AIDES, CATRED, COMEDE, CRETEIL-SOLIDARITE, FASTI, FTCR, LDH, MDM, MFPF, MSF, RAAC-SIDA, SIDACTION, SOLIDARITE SIDA

Contacts presse :
Arnaud Veisse, directeur du Comede : 06 68 60 38 24

Caroline Izambert, Act Up-Paris : 06 64 98 11 82

Antoine Henry, AIDES : 06 10 41 23 86

[1] Rapport au Parlement, les orientations de la politique de l’immigration, CICI, décembre 2009

[2] Campagne réalisée par la graphiste Carole Peclers

[3] Pour plus d’éléments sur la mobilisation contre la suppression du droit au séjour pour soins : http://www.odse.eu.org/Reforme-du-droit-au-sejour-pour

samedi 5 mars 2011

Documents joints

Lire aussi

Mon enfant se radicalise

29 janvier 2019
Pourquoi le djihadisme exerce-t-il une telle séduction sur certains jeunes ? Que faire de celles et ceux qui se sont radicalisés ? Comment empêcher d’autres jeunes de basculer dans la …

Être aux ordres ne fait pas partie des vœux de la psychiatrie publique

5 janvier 2018
L’Union Syndicale de la psychiatrie (USP) et le Syndicat des Psychiatres des hôpitaux (SPH) viennent de sortir un communiqué de presse commun pour dénoncer le rôle que l’état veut faire jouer aux …

Invitation conférence de presse : mardi 24 juin 2014 à 11h - 153 organisations lancent la campagne nationale : Rendez-nous la carte de résident !

24 juin 2014
par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques
La Cimade, 64 rue Clisson – 75013 Paris La réforme du Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (Ceseda), bientôt soumise au vote du Parlement, prétend « sécuriser le parcours …

CISS, FNARS, ODSE, UNIOPSS : Peut-on accepter de renvoyer des malades mourir dans leur pays d’origine ? - signez la pétition« STOP aux restrictions du droit au séjour pour soins ! »

19 janvier 2011
Une disposition du projet de loi sur l’immigration prévoit de restreindre le droit au séjour pour soins des étrangers gravement malades. Un titre de séjour était jusqu’ici attribué lorsqu’un demandeur …