Scandale Avastin®/Lucentis® : à quand l’ouverture d’une double enquête, parlementaire et judicaire ?

Deux faits nouveaux viennent de se produire, à peu près simultanément :

• L’ANSM, dans le cadre du séminaire du 13 février 2014 de son Conseil d’administration, apporte son soutien, par la voix de son vice-président, Claude Pigement, à la publication du décret d’application de la loi du 17 décembre 2012 de financement de la sécurité sociale pour 2013, relatif aux RTU pour raisons économiques [1].

C’est, en effet, le retard mis à la publication dudit décret qui empêche les hôpitaux de reprendre la distribution d’Avastin® reconditionné sous forme ophtalmique, en remplacement du Lucentis®, 20 fois plus cher [2]

Nous serions tentés de dire : Enfin ! Après une année de perdue – bientôt deux, si l’on en démarre le compte à la publication de la fameuse circulaire de juillet 2012, interdisant aux mêmes hôpitaux de distribuer l’Avastin® reconditionné. Sage lenteur…

On peut même se demander si l’ANSM aurait levé le petit doigt, si la Cour européenne de justice n’avait déblayé le chemin, à la demande des autorités allemandes, et cela, depuis le 11 avril 2013. Et pourtant, les avertissements n’avaient pas manqué [3]. Là encore, sage lenteur…

• Deuxième bonne nouvelle : l’Autorité de régulation de la concurrence italienne annonce, le 5 Mars 2014, qu’elle inflige au couple Roche/Novartis une amende de plus de 180 millions d’€ pour entente illicite, concernant la même affaire [4] .
Là, on ne peut même plus parler, du côté français, de sage lenteur, et pour cause : la demande formelle du SMG à la Ministre de la Santé de s’associer à la démarche italienne n’a jamais rencontré qu’un silence méprisant [5]...

Est-il utile de rappeler que l’accumulation de ces retards après deux années écoulées depuis la publication de la circulaire de 2012, aura occasionné un surcoût indu au budget de l’Assurance maladie de l’ordre de 400 millions d’€ ?

Face à une telle gabegie, dans laquelle sont impliqués des responsables politiques, de hauts dirigeants de l’Administration, face à l’inertie suspecte des instances professionnelles médicales concernées – il suffit de comparer leur attitude à celle de leurs homologues italiens, fer de lance de la plainte déposée devant l’Autorité de la concurrence – une enquête parlementaire s’impose : comment a-t-on pu en arriver là ? Une France transformée par les lobbies en république bananière, obéissant au doigt et à l’œil aux multinationales du médicament ? Et quand donc envisagera-t-on de donner les suites judiciaires adéquates à l’ensemble de cette affaire ?

C’est de cette manière que s’honorent les démocraties.

lundi 10 mars 2014, par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques


Voir en ligne : La letre ouverte du SMG à Marisol Touraine

Lire aussi

Sida-Covid, les leçons du passé

15 mai 2021
par Frédy Cotard
Frédy Cotard Chef d’entreprise dans l’événementiel En 36 ans de vie avec le Sida, je n’ai jamais demandé à la société de prendre des mesures sanitaires pour faciliter mon quotidien. Au travers de ma …

Les Laboratoires Servier seront-ils enfin condamnés pour escroquerie ?

23 avril 2021
Comment ces laboratoires pouvaient-ils ne pas connaître le caractère anorexigène du Médiator®, alors que dès sa mise sur le marché en 1977, à la revue Pratiques, nous avions dénoncé la structure …

Les laboratoires Servier enfin condamnés mais pas assez

6 avril 2021
Dès 1977 la revue Pratiques avait dénoncé la structure amphétaminique du Médiator©, et appelé à ne pas prescrire ce médicament coupe-faim présenté par les laboratoires Servier comme un antidiabétique . …

Quelques leçons de la crise à lire sur le site du formindep

22 juillet 2020
Le Formindep [1], dans un article très argumenté : « Quelques leçons de la crise » revient sur la crise de la COVID, il montre que l’existence de « liens d’intérêt dans tous les domaines de la santé n’est …