Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

ll est des choses que les patients appréhendent, dont ils n’osent pas parler, même s’ils savent que ce serait utile. Pour certains, il y a la peur du diagnostic, de l’éventuelle gravité, il y a aussi la honte, ou la peur de la honte, ou du jugement.
Ce peut être l’inquiétude de se déshabiller pour faire un frottis, de monter sur la balance pour voir le nombre de kilos pris, de montrer quelque chose de « mal placé ».

Je trouve alors utile de formuler la possibilité du soin comme quelque chose de léger, où le médecin est là pour aider, rendre service, faire son métier et non pas juger. Je trouve commode de dire comme une proposition : Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

Dans cette formulation, la présence du soignant devient une simple opportunité d’un appui technique, mais aussi d’une présence humaine qui pourra partager, écouter le souci qui risque être découvert. On n’est plus dans l’emprise, mais dans la vie comme elle est là, où on peut essayer de l’alléger, simplement au travers du lien.

dimanche 5 octobre 2014, par Elisabeth Maurel-Arrighi

Lire aussi

Fantasmes autour d’une invasion de bébés à Mayotte

15 mars 2018
Retour sur des chiffres trop souvent manipulés Périodiquement depuis plus de dix ans les mêmes fantasmes, largement diffusés, refont surface sur ce thème. Cet article vient du site mom – migrants …

« Petit… deviendra grand » - Accompagner l’autonomisation de l’enfant ?

4 août 2015
par Alain Quesney, Marie Vaillant Godallier
« Adieu, vous que j’aimais. Ce n’est point ma faute si le corps humain ne peut résister trois jours sans boire. Je ne me croyais pas prisonnier des fontaines. Je ne me soupçonnais pas une aussi courte …

Comment êtes-vous arrivé dans ce lit ?

28 octobre 2014
par Zoéline
Longtemps, j’ai eu un problème de la première phrase à l’hôpital. Après avoir tapé à la chambre du patient, laissé un laps de temps nécessaire à la réponse, je rentre dans la chambre et je me présente. …

La consultation de la 60e heure

13 février 2009
par Thierry Mazars
Thierry Mazars est médecin généraliste à Villeneuve-la-Garenne. Il est aussi médecin coordinateur du réseau sida-addictions-précarité ARèS92 et président du réseau de maintien à domicile des personnes …