Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

ll est des choses que les patients appréhendent, dont ils n’osent pas parler, même s’ils savent que ce serait utile. Pour certains, il y a la peur du diagnostic, de l’éventuelle gravité, il y a aussi la honte, ou la peur de la honte, ou du jugement.
Ce peut être l’inquiétude de se déshabiller pour faire un frottis, de monter sur la balance pour voir le nombre de kilos pris, de montrer quelque chose de « mal placé ».

Je trouve alors utile de formuler la possibilité du soin comme quelque chose de léger, où le médecin est là pour aider, rendre service, faire son métier et non pas juger. Je trouve commode de dire comme une proposition : Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

Dans cette formulation, la présence du soignant devient une simple opportunité d’un appui technique, mais aussi d’une présence humaine qui pourra partager, écouter le souci qui risque être découvert. On n’est plus dans l’emprise, mais dans la vie comme elle est là, où on peut essayer de l’alléger, simplement au travers du lien.

dimanche 5 octobre 2014, par Elisabeth Maurel-Arrighi

Lire aussi

Si Orwell avait eu la chance de décrypter les politiques de santé contemporaines

7 janvier 2022
par Marie-José Del Volgo, Frédéric Pierru
George Orwell fut un intellectuel, un journaliste et un militant engagé, dans la Guerre d’Espagne, dans la critique de la misère des mineurs, et surtout contre les intellectuels stalinistes à …

Vous êtes intelligente, Mademoiselle !

22 janvier 2017
Cet article est issu du blog L’inquiet, tant étrange, taît. Le témoignage de ce paternalisme mâtiné de sexisme ordinaire aurait été plus éloquent encore, accompagné de cette flatterie du menton qu’on …

Comment êtes-vous arrivé dans ce lit ?

28 octobre 2014
par Zoéline
Longtemps, j’ai eu un problème de la première phrase à l’hôpital. Après avoir tapé à la chambre du patient, laissé un laps de temps nécessaire à la réponse, je rentre dans la chambre et je me présente. …

1er mai 2012 : soins psychiatriques sans consentement 1 (1, parce que là aussi, il y aura sans doute à y revenir)

1er mai 2012
par Eric Bogaert
Loi du 5 juillet 2011, article L.3211-2-1du code de la santé publique : Une personne faisant l’objet de soins psychiatriques (sans consentement) en application des chapitres II (sur demande d’un …