Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

ll est des choses que les patients appréhendent, dont ils n’osent pas parler, même s’ils savent que ce serait utile. Pour certains, il y a la peur du diagnostic, de l’éventuelle gravité, il y a aussi la honte, ou la peur de la honte, ou du jugement.
Ce peut être l’inquiétude de se déshabiller pour faire un frottis, de monter sur la balance pour voir le nombre de kilos pris, de montrer quelque chose de « mal placé ».

Je trouve alors utile de formuler la possibilité du soin comme quelque chose de léger, où le médecin est là pour aider, rendre service, faire son métier et non pas juger. Je trouve commode de dire comme une proposition : Puisque vous êtes là et moi aussi, on regarde ?

Dans cette formulation, la présence du soignant devient une simple opportunité d’un appui technique, mais aussi d’une présence humaine qui pourra partager, écouter le souci qui risque être découvert. On n’est plus dans l’emprise, mais dans la vie comme elle est là, où on peut essayer de l’alléger, simplement au travers du lien.

dimanche 5 octobre 2014, par Elisabeth Maurel-Arrighi

Lire aussi

Le Titanic et les canots de sauvetage : Journal de bord d’un centre de vaccination

2 mai 2021
par Brigitte Tregouet
Brigitte Tregouet Médecin généraliste Semaine 1 Le mardi 12 janvier à 23 heures, je reçois un mail de notre toute nouvelle CPTS, Communauté professionnelle territoriale de santé : « suite à la …

Manque d’application

10 février 2021
par Eric Bogaert
Éric Bogaert Psychiatre Vendredi 5 février 2021 Il est 15 heures J’accompagne ma mère, âgée de 92 ans, pensionnaire d’une résidence pour seniors. Comme l’infirmière et la directrice de la résidence ne …