Pratiques lance sa souscription

La liberté de la presse est l’un des principes fondamentaux des systèmes démocratiques. Mais la presse libre est fragile : tout comme la démocratie, de multiples dangers la guettent.

À ce jour, les grands quotidiens sont sous perfusion publicitaire et/ou aux mains des multinationales. Les collusions entre pouvoirs médiatiques, politiques et économiques brouillent le paysage, compromettant l’indépendance des équipes rédactionnelles soumises à l’influence des actionnaires des sociétés qui les emploient.
Ce qui reste de la presse libre survit grâce aux bonnes volontés qui la soutiennent financièrement.

Dans le domaine de la santé, le paysage est particulièrement opaque, pollué par de multiples conflits d’intérêts, le lobbying effréné des firmes pharmaceutiques, le corporatisme de certains soignants, les dépassements d’honoraires et autres pratiques peu éthiques et éloignées du sens d’un service de santé et du partage des savoirs.

Dans la presse généraliste, la place des faits divers et des événements spectaculaires fait diversion quant à la réalité du quotidien. Ainsi, les médias nous habituent à l’idée que le déficit de la Sécu s’explique par les abus des usagers, faisant ainsi le lit de la privatisation du système de soins, remis aux mains des grands groupes d’intérêt, dont la solidarité est loin d’être le fer de lance.

C’est dans ce contexte que Pratiques se bat pour survivre, afin de poursuivre ses efforts pour éclairer les zones d’ombre, dénicher les incohérences et les mensonges, analyser les décisions politiques et leurs conséquences, percer les stratégies des groupes de pression et des intérêts financiers.
Ce travail de prévention n’est fait nulle part ailleurs. Il est à double détente : d’une part, soulever le voile sur des pratiques scandaleuses (l’affaire du Médiator® dénoncée dès 1976 dans nos colonnes) et, d’autre part, maintenir l’exigence d’un contenu indépendant, relayant les initiatives originales des soignants pour contrecarrer les effets délétères des politiques en œuvre.

Patients et usagers, cibles captives d’une médecine sous influence, sont en droit d’avoir accès à des informations fiables, leur permettant d’exercer leur esprit critique pour élaborer et argumenter des choix qui concernent leur intimité et leur dignité.
Plus que jamais, Pratiques doit continuer à mener une réflexion critique, ambitieuse, constructive.

Rejoignez-nous, lisez Pratiques, soutenez la revue.

samedi 22 février 2014, par Les cahiers de la médecine utopique Pratiques

Lire aussi

Allons nous laisser « crever » des personnes devant nos portes ?

7 novembre 2019
par Brigitte Tregouet
Brigitte Tregouët Médecin généraliste Allons nous laisser « crever » des personnes devant nos portes ? Oui, j’utilise ce mot « crever » parce qu’il correspond au réel. Nous, qui soignons ces hommes, …

Jacques Richaud nous a quitté

13 septembre 2013
par Didier Ménard, Les cahiers de la médecine utopique Pratiques
Hommage à notre regretté ami, Jacques Richaud. Brillant neurochirurgien au CHU de Toulouse, compagnon de route du SMG et de la revue Pratiques, il fut très investi dans des missions humanitaires et …

Pratiques l’avait dit en 1977

27 février 2011
par Martine Lalande
Cet article est la reproduction de l’Edito du N° 52 : « Féminin invisible : la question du soin » de Pratiques, numéro dont vous pouvez prendre connaissance du sommaire sur notre …

Le cauchemar de Foucault : Le CAPI (Contrat d’Amélioration des Pratiques Individuelles) !

2 juillet 2009
par Lucien Farhi
« Surveiller et punir » , plus que jamais à l’ordre du jour : le CAPI, dernière innovation du Gouvernement, vient à point pour l’illustrer(voir notre article à la rubrique ACTU). Car, finalement, est-il …