Ma récompense, leur sourire

Je les ai vus à la consultation ces femmes, ces hommes, ces enfants venus d’un pays en guerre.
J’ai écouté leurs souffrances face à la torture, au viol, à la mort sous leurs yeux ; d’une mère, d’un père, d’un enfant.
J’ai eu la chair de poule quand ils m’ont décrit leur voyage pour fuir la mort et leur espoir de trouver en Europe une protection légitime.
Je les ai vus et revus à la consultation, j’ai mis du temps à percevoir enfin, sur leur visage, un apaisement.
J’ai accompagné cet homme dans sa conquête du droit d’asile. Il était devenu aveugle après avoir été atteint d’une balle dans la tête. Il lui a fallu prouver qu’il était en danger s’il retournait dans son pays, l’évidence disparaissait derrière la cruauté administrative.

Non Monsieur Valls les beaux discours sur les valeurs ne valent rien quand vos préfets expulsent vers les pays de la mort ces « étrangers » malades.

Non Monsieur Valls le bidonville de Calais n’est pas la France.

Les réfugiés des pays où nos politiques ont semé les conditions de la guerre ont le droit d’être accueillis en Europe. Nous avons le devoir de tendre la main. Ce geste de fraternité n’est jamais vain. Ces femmes, ces hommes, ces enfants de l’exil arrivés il y a quelques années, ont lentement, très lentement, trouvé une place en France. Ils ont appris le français aux cours d’alphabétisation, ils ont appris un métier, les enfants sont des élèves brillants, ils sont devenus des bâtisseurs dans notre pays.
J’ai tendu la main, leurs sourires sont ma récompense.
Il ne suffit pas de proclamer la solidarité, il faut que notre pays la fasse vivre.
Un pays qui accueil un peuple en errance est un pays qui se grandit et la France a bien besoin de grandeur.

dimanche 6 septembre 2015, par Didier Ménard

Lire aussi

Allons nous laisser « crever » des personnes devant nos portes ?

7 novembre 2019
par Brigitte Tregouet
Brigitte Tregouët Médecin généraliste Allons nous laisser « crever » des personnes devant nos portes ? Oui, j’utilise ce mot « crever » parce qu’il correspond au réel. Nous, qui soignons ces hommes, …

Il n’y a pas de quoi faire une note à la ministre

10 janvier 2019
par Didier Ménard
Didier Ménard Médecin généraliste Tout fut dit à la fin de cette rencontre. Mon association de santé communautaire à la cité du Franc-Moisin à Saint Denis participe depuis 8 ans à des rencontres …

Banlieue

8 mars 2017
Au sein des quartiers populaires nous recevons dans nos lieux de soins une population qui exprime ses difficultés et ses souffrances. Nos consultations sont des moments où se libère la parole, où …

Petit risque, foutaise !

9 décembre 2016
Quand on est candidat à l’élection présidentielle on se doit de proposer un programme électoral censé résoudre les problèmes des Françaises et des Français. Une constante existe, certains prétendants …