Petite mine

Comment faire partager notre souci sans plomber le patient ? Il me semble que la formulation « je trouve que vous avez aujourd’hui une petite mine » est précieuse. Car derrière, il y a la possibilité d’avoir « bonne mine » ou au moins « meilleure mine ».
Ce qui n’empêche pas d’être clair.
Par exemple sur la question de l’alcool, chez les gens que l’on connaît bien et chez qui on peut doser l’alcoolémie au simple coup d’œil à l’ouverture de la porte de la salle d’attente, ne pas hésiter à dire : « Aïe, aïe, aïe, je vous connais bien, je vois que vous n’avez pas votre visage normal, que vos paupières sont gonflées et que vous avez bu, ces jours-ci, je vois bien que ça n’allait pas. »

lundi 3 novembre 2014, par Marie-Dominique Arrighi

Lire aussi

Journal d’épidémie

14 août 2020
par Benoit Marsault
Benoît Marsault, Psychiatre Heureusement que de journal, il n’y en a pas que de « télévisé »… Lundi 16 mars 2020 Hier s’est tenu le second tour des élections municipales. Il a fait très beau, « les …

Pendant la trêve des confiseurs, la grève des « confuseurs »

15 novembre 2014
par Didier Ménard
Madame la ministre de la santé est fortiche, elle a réussi à faire l’unanimité contre son projet de ridicule petite loi de santé publique. Comme souvent quand il s’agit de mieux soigner les citoyens …

Allez ! une petite fantaisie.

26 novembre 2012
par Eric Bogaert
Il y a la rue, l’espace public. On ne peut pas y faire ce qu’on veut. Je ne peux pas m’y promener à poil, par exemple. Et ma maison, où je suis chez moi, espace privé. Ou plutôt vacuole d’espace …

Accès aux soins - accès à vivre ?…

5 octobre 2008
par Elisabeth Pénide
Ce monsieur turc d’une cinquantaine d’années a une longue histoire. Pendant 14 ans patron d’un restaurant de restauration rapide, il a travaillé d’arrache-pied de neuf heures du matin à deux heures du …