Les internes de médecine générale face aux inégalités sociales de santé : Faire partie du problème ou contribuer à la solution ?

Ce dossier est une thèse réalisée par deux internes en médecine générale de Marseille Irène Mériaux et Ségolène Ernst : « Les internes de médecine générale face aux inégalités sociales de santé : Faire partie du problème ou contribuer à la solution ? ».
Confrontées, en tant que jeunes médecins, à la difficulté à prendre en charge des personnes socialement vulnérables, elles ont identifié les inégalités sociales de santé comme fil conducteur de leurs recherches : la première partie est une mine d’informations et de références bibliographiques sur ce thème, la deuxième interroge les connaissances et les représentations qu’en ont les internes, et la dernière avance des pistes de réflexion en termes de formation des futurs médecins.

Cette thèse, réalisée par deux internes en médecine générale de Marseille, Irène Mériaux et Ségolène Ernst est présentée dans le texte reproduit ci-dessous, signé par Gérard Bieth, et extrait avec son autorisation de sa lettre "Annuaire Sécu" du 4 novembre 2013 [1]
.

"...Les auteurs ont effectué un travail sur les inégalités sociales de santé. La problématique de l’accès aux soins des patients vulnérables socialement est très actuelle et plusieurs études ont montré les difficultés que rencontraient de nombreux médecins généralistes dans la prise en charge de ces populations.

En tant que jeunes professionnelles, elles ont été marquées, lors de leurs premières expériences en cabinet de médecine générale, par leur incompétence à prendre en charge des patients socialement vulnérables, et par les préjugés partagés par certains professionnels de santé sur les bénéficiaires de la CMUC.

Elles ont évalué le besoin de formation des internes en médecine générale sur les ISS, et les dispositifs d’accès aux soins... Selon une enquête qu’elles ont menée auprès d’internes en médecine générale de Marseille, il apparaît que les étudiants ont une conscience partielle des inégalités sociales de santé se limitant trop souvent à une opposition entre pauvres et « non-pauvres », travailleurs manuels et non-manuels, et ont une vision réduite des déterminants de santé. En parallèle, les connaissances de base sur les dispositifs d’accès aux soins sont loin d’être acquises.

Cette étude situe le discours des internes par rapport à celui du corps médical et le replace dans un contexte sociétal. Elle confirme qu’en l’état actuel des choses, les internes n’ont pas les outils nécessaires pour "contribuer à la solution", et ils pourraient même, dans une certaine mesure, "faire partie du problème".

Concernant les politiques de lutte contre les inégalités sociales de santé, toute modification des stratégies de soins pourrait être vaine si les acteurs de terrain ne sont pas sensibilisés à ces problématiques et n’adhèrent pas à ces changements. Fort de ce constat, les efforts effectués sur la formation des futurs professionnels de santé prennent tout leur sens. Une intégration plus conséquente des sciences sociales dans le cursus médical pourrait permettre une adaptation de la formation aux nouveaux paradigmes de la santé, et plus globalement, une sensibilisation des étudiants au modèle bio-psycho-social. Une formation appropriée permettrait aux professionnels de santé de mieux jouer leur rôle dans la réduction des inégalités sociales de santé.

Ces conclusions font écho à la réforme en cours des études médicales"

lundi 15 octobre 2012, par Ségolène Ernst, Irène Mériaux

Documents joints


[1Cette lettre est reçue sur abonnement. Elle reprend toutes les semaines Le Panorama de l’actualité Internet dans le domaine de la Sécurité sociale. Pour plus d’infos sur la lettre et pour s’abonner, voir le site : http://www.annuaire-secu.com/

Lire aussi

Les laboratoires Servier enfin condamnés mais pas assez

6 avril 2021
Dès 1977 la revue Pratiques avait dénoncé la structure amphétaminique du Médiator©, et appelé à ne pas prescrire ce médicament coupe-faim présenté par les laboratoires Servier comme un antidiabétique . …

Volantino

31 mars 2021
par Georges Yoram Federmann
Au début était l’association Piotr Tchaadaev Fondée en 1996, l’Association Piotr-Tchaadev, n’a aucun sponsor, elle est strictement indépendante de l’industrie pharmaceutique. Ses seuls soutiens …

J’ai décidé de démissionner, car ce que je fais n’est plus éthique.

23 janvier 2020
Pr Agnès Hartemann, Cheffe du service de diabétologie à l’hôpital de la Pitié. « Le cauchemar a commencé quand on a commencé à nous dire : « Il va falloir que vous produisiez du séjour », alors qu’on …