Euthanasie : Françoise Ducos-Besson clôt (momentanément ?) le débat.

Très concrètement, se posent encore et toujours les conditions de vie de la personne qui a franchi un seuil important dans la souffrance, et les raisons acceptables qui peuvent pousser un soignant à arrêter la vie, en général à la demande du sujet souffrant.

L’évaluation de l’indignité de cette souffrance est liée à une expérience personnelle, professionnelle et sensible ; il est bien difficile de la réduire à une opinion, favorable ou non.

Il n’en reste pas moins que, sans l’autoriser, le législateur peut émettre un avis sur ce cas exceptionnel dans lequel un médecin mais aussi un proche (complicité d’homicide) a entendu, relayé et obtenu une aide au mourir d’une personne aimée par le proche et respectée par le soignant jusqu’au bout.

Le cadre juridique de l’interdiction totale par crainte d’eugénisme ne convient pas à un certain nombre de cas.

lundi 12 janvier 2009, par Françoise Ducos-Besson

Lire aussi

Un journaliste qui filme un contrôle violemment agressé par des agents de la RATP

29 novembre 2017
par Christiane Vollaire
Raphaël Godechot, journaliste indépendant, jeté à terre, a subi le 17 novembre dernier des violences policières pour avoir voulu porter secours à un migrant sans papiers lors d’un contrôle dans le …

Euthanasie : Anne Perraut Soliveres répond à Emmanuelle Frayssac : la liberté de disposer de soi.

9 janvier 2009
Il y a beaucoup plus de violence à faire durer une situation insupportable pour la personne malade en cessant de l’alimenter comme le prévoit la loi dite Léonetti qu’en l’aidant à mourir lorsqu’elle …

Euthanasie : Emmanuelle Frayssac à Anne Perraut Soliveres : la non-dignité et ses dérives.

6 janvier 2009
« On doit se défendre d’utiliser l’argument de la non-dignité de certaines existences, parce qu’il est clair que c’est la porte ouverte à toute les dérives...  …

Euthanasie : THANATOS ET LA DIGNITE : Jacques Richaud répond à Anne Perraut Soliveres

3 janvier 2009
Oui à une certaine dépénalisation, mais attention aux manipulations autour du concept de « dignité ». Il convient de refuser le choix binaire « pour ou contre » car il ne peut y avoir réponse simple et …