34e rencontres de Saint-Alban


Si l’on s’en tient à la logique financière qui règne à l’heure actuelle, on aura vite compris que veut dire « institution efficace » : soigner au moindre coût par une uniformisation des pratiques et, si possible, faire de l’hôpital même, et du système de santé en général, une entreprise comme les autres. L’institution efficace s’appuie sur la désubjectivation, ce n’est plus le sujet qui est pris en compte dans la singularité de sa souffrance mais le ratio entre ce qui est dépensé pour ses soins et ce qu’il va rapporter à l’établissement ; pas d’institution efficace sans standardisation des diagnostics et des soins.

Mais là n’est sans doute pas le pire dans la mise en œuvre de l’institution efficace, la seule volonté de profit ne rend pas compte de toutes les causes et conséquences de cette nouvelle entreprise. Ce qui caractérise encore mieux l’efficacité est l’uniformisation des formes de désirs et d’engagement au travail, ce qu’on pourrait appeler une banalisation des rapports du sujet au travail. Dans l’imaginaire actuel un travail tend à valoir n’importe quel autre travail pourvu qu’il soit source de revenus et de reconnaissance sociale. L’institution efficace est une institution sans idéal autre que d’assurer la jouissance de son propre fonctionnement. Pour parvenir à ce degré d’efficacité où le devenir du sujet s’efface derrière celui de l’établissement, il faut bannir toute forme de construction imaginaire, ne pas penser à ce qu’on fait et à qui on le fait, l’efficacité suppose l’anonymat, le refus de toute forme d’expression de la singularité, en définitive le refus de voir l’autre, de l’envisager (Levinas). L’institution efficace est donc celle qui a chassé de son fonctionnement le rêve et toute capacité de rêverie, toute forme d’aléatoire, d’imprévu, de vraisemblable, de fiction. L’institution efficace est sans histoire(s). Pour survivre dans cette institution, il faut se plier aux règles de ce que Gori appelle « la fabrique des imposteurs » : faire prévaloir la forme sur le fond, se fier à l’apparence et à la réputation, plutôt qu’au travail et à la probité intellectuelle, s’abandonner aux fausses sécurités de procédures plutôt que se risquer à une vraie réflexion.

Est-ce là le signe d’un effondrement de nos institutions, voire, sur un plan existentiel, une menace de cataclysme ? Nous pourrions même nous demander si cette catastrophe ne s’est pas déjà produite à notre insu et nous serions alors dans un climat post-événementiel, au moment d’après ou au jour d’après. Peut-être avons-nous subi cet effondrement sans nous en rendre compte.

Nous pouvons imaginer que nous avons été aveuglés par cette transformation, infiltrés que nous sommes par un langage rationnel techniciste et une parole autoritaire qui, tout en nous rassurant, est venue nous atteindre sournoisement au cœur de nos métiers.

C’est sans doute au travers de notre connaissance de la clinique des psychoses que cette situation peut être observée depuis un autre point de vue et nous conduire à revenir à la clinique de terrain.

Certains voient dans cette ambiance le signe d’un bouleversement ou d’une transformation. Est-ce que cette menace, qui nous inquiétait tant, ne pourrait pas devenir une chance ? Chacun de nous, dans nos métiers d’accompagnant, de soignant ou d’enseignant, sait que son geste ou ses paroles sont toujours des risques situés sur ce fil ténu et fragile, osant à chaque fois le meilleur et évitant le pire.

Il est une autre efficacité qui tient au métier de soignant. Elle se décline sous des formes multiples, se moque des hiérarchies, invente une socialité propre au lieu, toujours fragile, souvent inattendue, souvent logée dans les interstices, où le soin circule de manière mouvante, des uns aux autres, des soignants aux patients, des patients aux soignants…


samedi 30 mars 2019

Documents joints

Lire aussi

Une victoire contre Monsanto

21 avril 2019
Le 11 avril 2019, à Lyon, pour la 3e fois, la justice a reconnu la responsabilité pleine et entière de Monsanto dans l’intoxication de Paul François (par le désherbant le Lasso) et ses conséquences …

33e Rencontres de Saint-Alban : 15 et 16 juin 2018

29 mars 2018
Vendredi 15 et samedi 16 juin 2018 La fabrique de l’ordinaire et du familier en institution D’abord, il y a l’ordinaire, ce qui est là, sans avoir besoin de le chercher, là comme une évidence. …

28es Rencontres de Saint Alban : Le Collectif

1er juin 2013
par Eric Bogaert
Actualité de la psychothérapie institutionnelle Elles se dérouleront à Saint Alban, en Lozère, les vendredi 14 et samedi 15 juin 2013. Pour télécharger le dépliant et pour plus d’informations, voir …

26e Rencontres de St Alban : Désir de soigner, volonté de guérir - 17 et 18 juin 2011

19 juin 2011
L’exercice de la psychiatrie ne se fait pas sans embarras devant l’objet de ses soins, la justification de ses actes et l’évaluation de ses effets. Les conjectures d’un moment sont bien fragiles et …