Pratiques, les cahiers de la médecine utopique

Accueil du site > Les Thématiques > Formation > Quand savoir professionnel et savoir profane se croisent

Un interprète est appelé en PMI, pour traduire des conseils de puériculture à une maman turque qui a déjà élevé 5 enfants. La puéricultrice explique avec patience et conviction à la mère comment préparer les biberons, les bouillies, comment diversifier l’alimentation… La puéricultrice, très professionnelle, explique ce qu’elle a elle-même appris. Elle est convaincue de l’exactitude de son savoir, elle est aussi certaine que ce qu’elle explique est la seule manière de faire.
Un moment plus tard, la mère dit à l’interprète. « Laisse-la parler, mais ne te fatigue pas à traduire, je sais nourrir mon enfant, j’en ai déjà élevé cinq. »
Sa réflexion est à la fois une marque de respect pour le travail de la puéricultrice, elle ne va pas l’empêcher de faire son travail, et dans le même temps, elle démontre la confiance qu’elle a su garder dans la valeur du savoir transmis par des générations de femmes.

Paru dans Pratiques n°18 en juilllet 2002


1 Message

  • Quand savoir professionnel et savoir profane se croisent Le 4 novembre 2014 à 08:50 , par AMP

    c’est vrai que j’ai beaucoup appris des patients étrangers : surtout, j’ai appris la relativité des savoirs. Ce que j’apprenais à la fac comme savoir certain se révélait incertain, en particulier ce qui relevait de la puériculture. De même la diététique qui, comme la puériculture, se voulait scientifique "dure"... Il y avait aussi les savoirs pratiques qui manquaient parfois, et j’aimais beaucoup que les patients m’apprennent ...
    Ma première consultation pédiatrique en tant que remplaçante a été décisive ! De très jeunes parents, leur premier enfant, un tout petit bébé. Docteur, comment faire un biberon ? vous nous avez donné une feuille avec les doses pour le mois, mais c’est quoi, 30g de lait au final ? d’abord on met 1 mesure de poudre de lait puis l’eau jusqu’au trait 30g du biberon ? ou bien d’abord 30g d’eau puis la mesure de poudre de lait ? Nous étions tous les 4 sur le tapis et chacun y allait de ses notions de physique ! Eh oui, le docteur savait sur le bout des doigts le tableau des quantités de lait à donner au nourrisson, mais elle ne savait pas faire les biberons...AMP

    Répondre à ce message

Répondre à cet article