Pratiques, les cahiers de la médecine utopique

Les derniers billets de Journal d’un psychiatre de secteur

11 juin 2015

Fin

25 janvier 2014

Notes de lecture

8 mai 2013

Pas si fous. À voir !

3 décembre 2012

Hugo

26 novembre 2012

Allez ! une petite fantaisie.

8 octobre 2012

Mais qu’est-ce que la psychiatrie ? 1

1er octobre 2012

En 1789, il aurait risqué la décollation. (1er octobre 2012)

9 juillet 2012

...) (9 juillet 2012)

4 juin 2012

"Le vacanze non sono favorevole a lavorare"

20 mai 2012

Marigot

14 mai 2012

Le vacillement du monde ? (14 mai 2012)

7 mai 2012

La prison (7 mai 2012)

1er mai 2012

1er mai 2012 : soins psychiatriques sans consentement 1 (1, parce que là aussi, il y aura sans doute à y revenir)

23 avril 2012

psychiatrie de liaison 1

22 avril 2012

Dimanche 22 avril 2012, premier tour de l’élection présidentielle

14 avril 2012

Lundi 9 avril 2012

2 avril 2012

Aujourd’hui, 2 avril 2012, c’est la journée mondiale de l’autisme.

Accueil du site > Le Journal > Journal d’un psychiatre de secteur > Le vacillement du monde ? (14 mai 2012)

Je me suis aperçu il y a quelques jours que j’ai écrit à deux reprises récemment sur cette même situation d’être "interdit" par l’entrée soudaine d’une personne dans la pièce où je suis en consultation avec un nouveau patient, dans un lieu qui n’est ni le mien, ni psychiatrique. Pourquoi cette insistance sous mon clavier ?

C’est vrai que je suis surpris de la fréquence de telles irruptions. Mais plus certainement c’est leur effet sur moi qui me surprend et me laisse pensif à l’avoir noté. L’ouverture soudaine de la porte -quasiment toujours sans qu’on ait frappé auparavant à celle-ci-, suivi d’un cri de surprise, qui va d’une onomatopée à un "excusez-moi" furtif de l’intrus, provoque une sensation physique nette et profonde d’un déchirement au fond de mon corps, puis une montée d’adrénaline, à croire le sentiment de colère que je dois réprimer ensuite. Il me faut alors reprendre mes esprits, c’est à dire le fil de mon travail : essayer dans le même temps d’accueillir l’autre dans mon monde mental, découvrir le paysage inconnu de son propre monde mental, tenter de collecter des bouts de sa subjectivité en la distinguant de la mienne, autant que je peux, avec l’objectif que s’en constitue un récit qui lui reste familier et à ce titre endossable, qu’il puisse assumer, et où un tiers pourrait avoir une place d’opérateur psychique. C’est toujours avec angoisse, et même parfois à reculons que "j’y vais", mais c’est souvent une aventure, parfois enivrante, hors temps, un voyage où je m’oublie, sans toutefois me perdre de vue. L’écriture de "l’observation psychiatrique" est ensuite un temps essentiel du soin : "débriefing", mise en mots, en forme "professionnelle", du voyage, rassemblement des morceaux, des miens, de ceux du patient, et témoignage de ce qui s’en est construit, avec les schémas explicatifs, pour les collègues qui auront à intervenir dans les suites, mais aussi pour le patient qui demanderait son dossier... Mais c’est une autre question, celle de l’écriture, de "l’observation", du dossier médical, du "dossier patient".

Il me semble que dans ce moment de la première consultation avec un patient, le monde se résume à cet entre-deux (même si, du moins aux urgences, un infirmier psychiatrique est quasiment toujours présent, qui représente la Cité, un tiers qui fait société) et se trouve alors, pour ce qui me concerne, intériorisé dans ma personne, dans mon corps, où la porte s’ouvrant ferait effraction, ouvrant une brèche par laquelle le monde contracté s’échapperait. Quelque chose comme une expérience sensible du réel venant heurter un imaginaire à l’œuvre. Peut-être même quelque chose ressemblant au vécu psychotique du monde, l’espace d’un instant ?


Répondre à cet article