Quand savoir professionnel et savoir profane se croisent

Un interprète est appelé en PMI, pour traduire des conseils de puériculture à une maman turque qui a déjà élevé 5 enfants. La puéricultrice explique avec patience et conviction à la mère comment préparer les biberons, les bouillies, comment diversifier l’alimentation… La puéricultrice, très professionnelle, explique ce qu’elle a elle-même appris. Elle est convaincue de l’exactitude de son savoir, elle est aussi certaine que ce qu’elle explique est la seule manière de faire.
Un moment plus tard, la mère dit à l’interprète. « Laisse-la parler, mais ne te fatigue pas à traduire, je sais nourrir mon enfant, j’en ai déjà élevé cinq. »
Sa réflexion est à la fois une marque de respect pour le travail de la puéricultrice, elle ne va pas l’empêcher de faire son travail, et dans le même temps, elle démontre la confiance qu’elle a su garder dans la valeur du savoir transmis par des générations de femmes.

Paru dans Pratiques n°18 en juilllet 2002

lundi 27 octobre 2014, par Catherine Jung

Lire aussi

13 janvier : Conférence de presse du Formindep sur le classement des facs de médecine en fonction de leur indépendance

7 janvier 2017
Le SMG, qui s’est toujours mobilisé pour l’indépendance au niveau de la formation et de l’information et pour l’indépendance dans l’exercice du métier face aux lobbies pharmaceutiques, relaie cette …

Accéder à la santé quand on est étranger

14 décembre 2014
par lydie tindo
Une jeune médecin s’est attelée à explorer tous les aspect de l’accès aux soins pour les étrangers malades grâce à l’AME (couverture maladie actuellement prévue pour les personnes sans papiers résidant en …

Le bout du nez, les lèvres et le partage du savoir

17 novembre 2014
par Elisabeth Maurel-Arrighi
Avant d’être publié dans le prochain Pratiques (n° 68), cet article a été lu par le Comité de Rédaction dont certains membres ont fait des commentaires. Il y a quelque chose que j’aime bien faire …

Transmission d’un savoir-faire par la littérature

7 novembre 2014
par Gérard Danou
Depuis quatre ans, je propose un enseignement optionnel d’une dizaine d’heures par an aux étudiants en médecine de deuxième année. Cet enseignement est consacré au commentaire de textes littéraires …