Obliger à signaler : 20 bonnes raisons

par Catherine Bonnet, Jean-Louis Chabernaud, Pratiques N°75, octobre 2016

Catherine Bonnet Psychiatre d’enfant et d’adolescent, Chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur (2001) et Jean-Louis Chabernaud Pédiatre, UF SMUR pédiatrique, Hôpital Antoine Béclère (AP-HP), Président du S.N.P.E.H. Le médecin a la faculté ou l’obligation de signaler les soupçons de violences envers les enfants. Il existe vingt raisons en faveur de l’obligation de signaler qui protègent beaucoup mieux la santé et la vie des enfants plutôt que de choisir entre s’abstenir et signaler. Le 14 mai (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°75 Les huis clos de la violence

Lire aussi

N°75 - octobre 2016

Etre révolutionnaire ?

par Pinar Selek
Entretien avec Pinar Selek Sociologue, écrivaine Être révolutionnaire, dire non, ce n’est pas seulement revendiquer, c’est d’abord être heureux, apprendre à écouter, à regarder, se nourrir de …
N°75 - octobre 2016

A qui signaler ?

par Marie Kayser
Marie Kaiser Médecin généraliste En cas de danger grave pour un mineur nécessitant une protection judiciaire immédiate, toute personne doit, sans délai, aviser le procureur de la République (au …
N°75 - octobre 2016

Une autorisation d’hostilité

par Christiane Vollaire
Christiane Vollaire Philosophe La violence des lieux d’enfermement est le produit d’une autorisation d’hostilité institutionnelle et politique masquée derrière le double langage républicain. En mars …
N°75 - octobre 2016

Une violence familière

par Franck Chaumon
Franck Chaumon Psychiatre Se rendre sensible à la violence structurale de la médecine et de la psychiatrie, au sens où elle est intrinsèquement liée au métier lui-même, nous permet de mieux entendre …