MEDIATOR : 33 ans pour que les autorités sanitaires de notre pays réagissent ?

Le scandale du MEDIATOR a incité Pratiques à fouiller dans ses archives. _ Pêche fructueuse ? Le lecteur jugera par lui-même.

Déjà, en 1977, le n° 13 de PRATIQUES [1] attirait l’attention du lecteur sur les contenus publicitaires du Médiator présenté par le laboratoire SERVIER comme un nouveau médicament, fruit de 10 ans de recherches.


Ce médicament, pharmacologiquement appelé benfluorex, est un dérivé biochimique d’une amphétamine( fenfluoramine) à laquelle a été branché, en bout de chaîne, de l’ acide benzoïque.
A cette époque, les indications du Médiator étaient les hypercholestérolémies, les hypertriglycéridémies, les hyperlipidémies mixtes, le diabète, les athéroscléroses potentielles ou avérées.
Pondéral, Pondéral retard, Isomeride, enfin Médiator° : le laboratoire SERVIER sait utiliser les amphétamines ! [2]
En lui ajoutant quelques radicaux chimiques, le dit nouveau médicament prend une allure respectable. Le mot amphétamine n’est jamais évoqué, les indications sont les troubles métaboliques. La campagne publicitaire sur les vertus de cette « nouvelle découverte » peut commencer et les bénéfices sont à engranger (en 1977, le traitement mensuel par le Médiator° coûtait 84F 30 : supputez le résultat, pour le laboratoire, en extrapolant du mois à l’année, puis au nombre de malades traités, et enfin, au nombre des années…)


L’histoire ne s’arrêtera pas là : Prescrire prend le relais, à partir de 1986, égrenant le doute, au fil des années, d’abord sur le sérieux des études avancées par Servier, quant à la pertinence des indications thérapeutiques du produit, ensuite pour ce qui est de la gravité de ses effets indésirables.

Une commission au sein de l’AFSSAPS (Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé) est constituée à ce sujet dès 2005.

Décision de retrait du médicament : Novembre 2009. Sage lenteur.

Plusieurs centaines de millions de profits, contre quelques vies sans valeur et un petit trou pour la Sécu, le jeu valait bien trente ans d’efforts pour retarder l’échéance, non ? [3]

lundi 13 décembre 2010

Documents joints


[1Voir nos pièces jointes

[2Pour rappel, en 1997, l’Agence française du médicament a suspendu l’autorisation de mise sur le marché du fenfluramine (Pondéral°, Pondéral° Longue Action) et de la dexfenfluramine (Isoméride)

[3Le lecteur se reportera avec profit à l’Edito du Formindep qui, à l’occasion du scandale du Mediator, donne une vision d’ensemble des biais introduits par les conflits d’intérêt dans le système français d’évaluation des médicaments, d’information et de formation des médecins. http://www.formindep.org/spip.php?article397
Voir également sur le même sujet l’interview de Philippe Foucras, Président du Formindep, dans les colonnes de Témoignage chrétien : http://www.temoignagechretien.fr/ARTICLES/Societe/Philippe-Foucras-%C2%AB-Laffaire-du-Mediator-peut-se-reproduire-%C2%BB/Default-18-2276.xhtml

Lire aussi

Les facs de médecine les plus indépendantes vis-à-vis de l’industrie pharmaceutique

21 janvier 2017
Article de Paul Scheffer (Doctorant en sciences de l’éducation, laboratoire Experice, Université Paris 8 – Vincennes Saint-Denis) pour le Formindep Déclaration d’intérêts Paul Scheffer déclare …

La longue marche des victimes de porteuses de prothèses PIP

4 novembre 2015
par Christiane Etévé, Catherine Petit
Des femmes porteuses de prothèses PIP, regroupées en association, nous relatent leur longue marche solidaire pour faire reconnaître l’escroquerie criminelle dont elles ont été victimes. Elles ont …

Avastin®/Lucentis® : Lettre ouverte du SMG à François Hollande

5 avril 2014
par SMG SMG
Avastin®/Lucentis® : Lettre ouverte du SMG à François Hollande, Président de la République

Lucentis® : le contre-feu désespéré de Novartis !

2 avril 2014
par les cahiers de la médecine utopique pratiques
Un communiqué de Novartis annonce la sortie d’un nouveau conditionnement de son produit phare, le Lucentis®, sous forme, non plus de flacons mais de seringues préremplies . Quelles sont les raisons …