Laisser sa vie au vestiaire

par Anne Perraut Soliveres, Pratiques N°73, avril 2016

Ce n’est pas la distinction (parfois indécidable) entre subjectivité et objectivité qui importe, mais plutôt la domination manifeste de l’objectivisme dans la conception de la médecine qui l’amène à disqualifier la subjectivité dans l’expression des symptômes comme dans l’exercice des soignants. Des pans entiers de savoirs, dits profanes, autour de la maladie échappent aux soignants, les laissant souvent à la porte du sens de la maladie pour chaque patient. Or, l’ignorance de ce qui résiste à notre (...)

Accès réservé

Pour lire la suite de cet article, abonnez-vous ou

S'abonner

Abonnement à partir de 39€ avec accès immédiat aux articles.


Voir les offres d'abonnements

Commander ce numéro

Pratiques N°73 Subjectif objectif, l’inextricable

Lire aussi

N°73 - avril 2016

Le talon de fer

par Sylvie Cognard
À l’heure du démantèlement de tous les services publics. 
À l’heure du dépeçage en règle : – du Code du travail, – de la médecine du travail, avec son corollaire d’attaques et de condamnations des médecins …
N°73 - avril 2016

Fins de vie ?

par Christian Bonnaud
Écrire aujourd’hui en tant que soignant sur la fin de vie, c’est écrire sur l’équilibre entre l’espace du soin et la demande du patient. C’est de là que va partir ma …
N°73 - avril 2016

Le rhumato m’a dit

par Isabelle Canil
Quand le rhumato me va, tout va…
N°73 - avril 2016

Subjectobjectivement

par Alain Chabert
Enoncer un diagnostic réduit le champ des « possibles ».