L’avenir vous appartient !

C’est ce que l’on aurait envie de dire aux soignants en formation, comme à toutes celles et ceux qui se préparent à entrer dans la vie active.

Peuvent-elles, peuvent-ils encore rêver ? Rêver à un monde du travail où l’on exercerait un métier choisi et dans lequel on pourrait s’épanouir… Un métier enseigné par un service public qui favoriserait l’égalité des chances et des enseignants heureux de l’être qui auraient à cœur de favoriser des « têtes bien faites », plutôt que des « têtes bien pleines »…

De la maternelle à l’université, rien ne va plus !
L’école maternelle n’a plus les moyens d’accueillir tous les enfants de moins de 3 ans. Les structures privées d’accueil sont favorisées.
Dans le primaire et le secondaire, le ministère de l’Education nationale veut supprimer près de 34 000 postes en 2011, qui s’ajouteront aux 100 000 déjà supprimés depuis 2003. L’enseignement privé est favorisé aux dépens du service public et laïc. Les enseignes payantes de soutien scolaire fleurissent à tous les carrefours et sont cotées en bourse.

Dans le supérieur, le montant des inscriptions ne cesse d’augmenter. L’autonomisation des facultés fait que les plus riches gagnent au détriment de celles qui ont peu de moyens. Les réformes s’enchaînent sans concertation avec les principaux acteurs que sont les élèves et les professeurs. Dans certaines filières, pour réussir, il faut passer par des organismes de « préparation » pratiquant des tarifs rédhibitoires. La transmission des savoir-faire se perd, particulièrement dans les métiers du soin qui risquent d’y perdre leur sens. La notion de conscience professionnelle devient désuète.

Pendant ce temps, à grand renfort de pub, avec un budget de communication de 1,3 millions d’euros, le ministère de l’Education nationale recrute 17 000 personnes non qualifiées pour enseigner. En entretenant de surcroît, des idées sexistes. La photo du garçon dit : « Julien a trouvé un poste à la hauteur de ses ambitions », il travaille devant un ordinateur. La photo de la fille dit : « Laura a trouvé le poste de ses rêves » en tenue décontractée, elle lit un livre.
Un seul but semble prévaloir, diminuer les coûts de formation à court terme pour l’Etat, les augmenter pour les familles.
Exit l’égalité des chances, exit la formation à la pensée et à l’esprit critique, exit le service public.

Si vous voulez que l’avenir vous appartienne, n’acceptez pas que l’on bafoue les valeurs d’un enseignement de qualité accessible à tous !

vendredi 2 septembre 2011, par les cahiers de la médecine utopique pratiques


Cet article est la reproduction de l’Edito du N° 54 : « Infirmières, la fin d’un mythe ? » de Pratiques, numéro dont vous pouvez prendre connaissance du sommaire sur notre site.

Lire aussi

Gare à la langue !

27 février 2018
par René Fiori
Le 6 janvier 2017, le journal le monde publiait un article intitulé Qu’est-ce que le « délit de solidarité » ? introduisant encore un peu plus l’expression dans les médias. À force de répétition, …

Les moutons de Panurge

16 mai 2016
par Didier Ménard
Autant le dire tout de suite, afin que cela soit clair, il n’est pas nécessaire d’attendre la fin des négociations conventionnelles entre les syndicats médicaux et l’Assurance maladie : le prix de la …

La jubilation mortifère

30 janvier 2016
par Didier Ménard
Le Conseil constitutionnel retoque le tiers payant généralisé et obligatoire. Les pourfendeurs du tiers payant jubilent, la ministre de la santé s’embourbe dans son incompétence, les assurances …

Comprendre

10 janvier 2015
par Didier Ménard
J’ai soigné pendant 34 ans une population majoritairement fidèle à la religion musulmane. J’ai vécu le passage d’une cité populaire où les habitants avaient leur place dans la société à une cité où …