Jeanine veut faire assassin

Isabelle Canil
Orthophoniste

Jeanine fait un petit trait pour le môme assis en face d’elle, avec qui elle fait une série. Jeanine est maussade. Elle fait la gueule et voudrait changer de boulot. Elle voudrait faire… décoratrice. Ou vigneronne écolotte – écolotte est le féminin d’écolo, rien à voir avec les échalotes qui ne prennent qu’un T et tiens maintenant qu’elle y pense ce serait peut-être une idée de planter des échalotes entre les ceps de vigne… – ou vendeuse de perles, oui c’est ça, elle voudrait faire vendeuse de perles, et aussi pâtissière et peigneuse de girafe, et comptable épanouie dans son travail et appreneuse de langues mortes et patineuse et DRH dans une fourmilière. Mais Jeanine est réaliste, elle sait qu’elle n’a pas les compétences et qu’elle se ferait recaler dès le premier entretien.

Jeanine est en rogne parce qu’elle doit aller à une équipe éducative. Jeanine n’en peut plus des équipes éducatives… Un très grand nombre d’années de boulot, émaillées d’équipes éducatives ont fini par l’amener à ce point de non-retour : elle s’en fout des équipes éducatives, elle les abhorre, elle les vomit… Mais c’est mal de dire ça, ce n’est pas professionnellement correct, c’est carrément mal.

Jeanine a d’abord poliment décliné la chouette invitation de Mme Berdou référente de scolarité, qui a très peu apprécié ça s’est bien entendu au ton aigre qui a suivi : Alors dans ce cas si vous ne pouvez vous libérer faites un petit écrit… Et allez elle en était sûre ! L’autre jour y’en a un du collège qui lui a demandé un petit Compte rendu parce que comme ça voyez-vous on pourra lui alléger les devoirs, et aux contrôles lui enlever quelques questions. Certains couillons ne peuvent pas tout seuls décider dans leur propre cours de raccourcir un truc pour un môme en galère. Il faut que cette décision, qui devrait découler du bon sens et de l’attention portée à chacun, soit institutionnalisée, formatée, procédurisée et papelarisée pour se transformer en PAI. Dans cinq cents ans les ethnologues pourront éplucher ces vestiges pour en faire des sujets de thèse. « Aux alentours de l’an 2000, le PAI, Plombe l’Aile aux Illusions ». Mais elle s’égare.

Et puis Jeanine a reçu un autre coup de fil. De l’enseignante cette fois. Redoutable celle-là, Jeanine la connaît. Qui ne lâchera pas prise facilement ! Toute l’année elle va seriner des anathèmes à la mère, pour son bien évidemment. Elle susurre au téléphone : « Il faut que nous fassions une équipe éducative parce que ça fera trace vous comprenez, et le redoublement du CE1 sera plus facile à obtenir. Et il faut ab-so-lu-ment qu’on trouve son blocage… »

Mais il n’y a pas de blocage chez cette môme ! elle est en train de découvrir la lecture, comment ça marche, à quoi ça sert… Bien sûr, elle aurait pu le faire l’an passé… mais elle l’a pas fait que voulez-vous que je vous dise ! Elle avait sans doute autre chose à déblayer… Mais elle a eu au CP l’incommensurable chance d’avoir une géniale maîtresse, une pas comme vous, une qui était patiente, tolérante, accueillante… Ne vous acharnez pas à en faire le cas du siècle my God !

Bon. Jeanine n’a pas dit tout ça. Pas eu le cran. Et maintenant, elle se dit que si elle veut empêcher cette sauvage d’extirper aux forceps un imaginaire blocage à la môme, il faut qu’elle y aille à cette foutue équipe éducative… Ah si elle pouvait se casser une patte… Mais non ! Pourquoi elle ? Alors que, sans enseignante, plus d’équipe éducative ! Jeanine est en train de faire un autre petit trait sur la feuille du môme. Inutile de dire qu’elle est ailleurs. Heureusement le môme est bien parti dans ses évocations. Tout de même, il faut qu’elle se ressaisisse. Je vais lui trafiquer les freins pour que sa voiture dérape. Je vais l’empoisonner à l’arsenic. Si je pouvais l’écrabouiller… Soupir. Imaginer l’enseignante hachée menu en petit pâté lui fait un bien fou. Elle se détend. Comme boulot, c’est assassin qu’elle voudrait faire ! Et tout sourire, elle trace un nouveau petit trait plein de conviction, et se lance dans un discours parallèle, un peu intempestif ma foi, mais qu’elle n’arrive pas à réprimer :
— Dis, qu’est-ce que tu voudrais faire toi, quand tu seras grand ?
— Moi ? dit le môme dérangé dans ses idées, je voudrais faire policier.
— Policier ?
— Ben oui, j’arrêterais tous les voleurs et tous les assassins.
— Ah bon ? Quelle idée…

samedi 20 avril 2019, par Isabelle Canil

Lire aussi

Le soignant est-il un être humain ?

8 octobre 2019
par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure L’être humain est par essence faillible, imprévisible, inconstant et il faudrait être particulièrement naïf pour oser nier cette …

Jeanine a la plage

2 septembre 2019
par Isabelle Canil
Isabelle Canil Orthophoniste Jeanine vient de déplier sa serviette et de s’asseoir dessus. Avant de se mettre au boulot, elle s’octroie un petit moment délicieux, elle enfouit ses orteils dans le …

Jeanine est enrhubée

9 octobre 2018
par Isabelle Canil
Isabelle Canil Orthophoniste Jeanine est pâlichonne, elle tousse, renifle et larmoie en louchant vers la pendule… Un grog… C’est un grog qu’il be faut ! Mais en attendant, elle a en face d’elle un môme …