Jeanine a la plage

Isabelle Canil
Orthophoniste

Jeanine vient de déplier sa serviette et de s’asseoir dessus. Avant de se mettre au boulot, elle s’octroie un petit moment délicieux, elle enfouit ses orteils dans le sable et regarde les grains dégouliner entre les doigts de pied. Soupir de contentement. Elle sort de son sac un grand calepin, puis fait une moue. D’abord elle va s’enduire, il ne faudrait pas qu’elle se choppe un coup de soleil. Elle prend sa crème à bronzer, dévisse le bouchon, renifle et en dépose un peu dans le creux de sa main. Elle commence par les jambes en frétillant d’aise. Ah le bruit des vagues, le soleil, la petite brise… parfait, tout est parfait. Une fois bien huilée, elle lorgne vers le sac. Dedans il y a toujours le gros calepin, et cinq ou six chemises de couleur différentes. Allez Jeanine, vas-y ! Tu seras tranquille après… se rabroue-t-elle. Elle saisit la bleue et parcourt la première page. Courageuse, elle pose le calepin sur ses genoux relevés, et démarre : Docteur, j’ai rencontré un de vos jeunes patients Yohan Hamdi, né le 4 mai 2008, pour qui vous avez prescrit un bil… Elle s’interrompt. Il faut d’abord qu’elle téléphone à Pierre, elle a promis… Répond pas. Bon reprenons… pour qui vous avez prescrit un bilan or… Voyons si Christiane est là, il faut qu’elle lui demande un truc. Jeanine reprend le téléphone, mais sans plus de résultat. Agacée, elle poursuit : pour qui vous avez prescrit un bilan orthophonique. La consultation était motivée par de grosses diffi… Ouh ce soleil cogne vraiment fort… vaudrait mieux qu’elle se baigne. Jeanine enfouit tout dans le sac et va vers l’eau. Qu’elle trouve un peu frisquette. Pendant qu’elle fait grimaces et contorsions d’usage pour s’immerger jusqu’au cou, un beau monsieur souriant lui dit « Elle est bonne ! » « Ouh ! Elle est froide quand même… » « Oui mais une fois qu’on y est elle est bonne ! » Alors Jeanine, intimidée par l’audace de ce dialogue se fiche à l’eau et nage bravement vers le large.

Retour à la serviette. Pendant que le soleil la sèche, elle va retéléphoner à Pierre et Christiane, ce serait trop bête de mouiller les dossiers. Personne ne répond. Mais qu’est-ce qu’ils fabriquent ! Bon elle va plutôt prendre le dossier jaune, elle se sent plus inspirée pour le jaune. Docteur, j’ai vu pour un bilan orthophonique une de vos jeunes patientes… gnagnagna… cette petite fille a déjà été suivie quand elle avait 4 ans pour des difficultés de langage oral. Il semble qu’elle parlait bien, mais ne prenait jamais la parole et c’est encore ce qui motive la consultation aujourd’hui.

Tiens ça sonne. Oui ? Ah Christiane je t’ai appelée… oui… oui… ah bon ? Non. Non ! Tu crois ? Ah ben oui mais… heu ben oui mais… Moi ben là je bosse… si si je suis à la plage mais… si si je rédige mes bil… si si c’est parce que j’ai du retard… Si si ça avance… Ah d’accord… bon ben je te laisse alors… Bisous oui bisous.

Purée, pas moyen d’en placer une ! ronchonne Jeanine. Bon elle en était où ? Pfff… elle a perdu le fil ! Tiens un SMS. C’est Pierre qui dit qu’il ne peut pas maintenant. Tant mieux, comme ça, elle avance. Alors… des difficultés pour prendre la parole… voyons voyons…

Ce soleil… elle piquerait bien un roupillon. Elle serait plus en forme après une petite sieste. Alors Jeanine s’allonge, la tête sur son sac à dossiers. Et sous le bleu du ciel, pendant que les vagues inlassablement vont et viennent et que le bruissement de la mer la berce, voluptueusement Jeanine s’assoupit. Et voilà qu’elle se met à rêver. Dans son rêve, elle rédige à toute allure des dizaines et des dizaines de comptes rendus. Elle en écrit plein à l’avance car ça servira bien un jour. Les feuilles du calepin se remplissent et se tournent à toute vitesse…

Doctus, j’ai reçu l’un de vos petiots dont la parlotte s’emberlificote pour cause de catapultage postilloneux… Et figurez-vous que l’inattention trouble de votre ado teigneux s’est envolée comme neige au soleil, et saviez-vous que la cocolexie de la jeunette à poil ras a fondu comme un vol d’étourneaux en plein midi ? Et les faux nems du petit de la bouchère se sont enfin agglutinés, et les mots bulles coincés dans le cordage vocal du crieur ont largué les amarres. Et l’écrifure du bel Arthur a cessé de l’écorcher. Et Raoul, que l’infini des nombres rendait maboule, se rassure les nuits sans lune en chiffonnant quelques dizaines sous ses doigts fébrilous et nervous. Et les typhons zortographiks de tout le secteur conjugaisonneux ont réintégré le bercail grammairial, et tout le monde fut content.

Quand le calepin est rempli, Jeanine se réveille. Tout sourire car l’inspiration est là, elle reprend son stylo, et modifiant à peine ses souvenirs oniriques, elle vous plie cinq comptes rendus en moins de deux…


lundi 2 septembre 2019, par Isabelle Canil

Lire aussi

Le soignant est-il un être humain ?

8 octobre 2019
par Anne Perraut Soliveres
Anne Perraut Soliveres Cadre supérieur infirmier, praticien-chercheure L’être humain est par essence faillible, imprévisible, inconstant et il faudrait être particulièrement naïf pour oser nier cette …

Jeanine veut faire assassin

20 avril 2019
par Isabelle Canil
Isabelle Canil Orthophoniste Jeanine fait un petit trait pour le môme assis en face d’elle, avec qui elle fait une série. Jeanine est maussade. Elle fait la gueule et voudrait changer de boulot. …

Jeanine est enrhubée

9 octobre 2018
par Isabelle Canil
Isabelle Canil Orthophoniste Jeanine est pâlichonne, elle tousse, renifle et larmoie en louchant vers la pendule… Un grog… C’est un grog qu’il be faut ! Mais en attendant, elle a en face d’elle un môme …